Articles

Comment obtenir son permis de conduire international avant un visa vacances travail

Comment et pourquoi obtenir son permis de conduire international ?

Le permis de conduire international : un sésame incontournable en VVT / PVT

Canada, Australie ou Nouvelle-Zélande, partir en Visa Vacances Travail implique pour la majorité des voyageurs d’obtenir leur permis de conduire international. La raison ? Louer ou acheter une voiture ou un van reste le moyen le plus pratique pour se déplacer et découvrir une région, un pays. Quels documents faut-il ? Où aller le chercher ? Quid des problèmes sur place si vous le perdez par exemple ?

Bonne nouvelle : pas besoin de repasser quelconques épreuves pour posséder ce sésame indispensable qu’est le permis de conduire international si vous partez arpenter les routes d’une des destinations ouvertes en PVT pour les Belges. Celui-ci s’obtient simplement à la commune de votre lieu de résidence. Pour qu’il vous soit remis, munissez-vous :

• d’une photo d’identité récente
• de votre carte d’identité
• de votre permis de conduire belge (valide)

Vous recevrez votre permis international sous cinq jours

Le permis de conduire international, traduction officielle du permis belge, n’a pas de valeur juridique en soi. Raison pour laquelle il doit toujours être accompagné du permis national lors de sa présentation. Ce document, qui n’est pas gratuit, vous sera délivré au plus tard cinq jours ouvrables après le dépôt de la demande. Selon votre commune de résidence, il vous en coûtera entre 16 et 30 euros. Il est ensuite valable trois ans pour tous les pays du monde. Lorsqu’il arrive à échéance, demandez en simplement un autre. Même chose si vous le perdez ou l’abîmez ici en Belgique voire même si on vous le vole. Il vous sera demandé en échange soit votre ancien permis de conduire international ou alors la déclaration de perte ou de vol auprès de la police belge.

Au Canada pour un PVT ? La donne change un peu

Au Canada, dans la plupart des provinces, vous devrez obtenir un permis international après 90 jours (6 mois au Québec, 60 jours dans l’Ontario ou bien encore un an en Alberta). Le permis rédigé en français peut suffire au départ, mais si vous comptez vous rendre dans les provinces qui requièrent des documents officiels en anglais comme le Nouveau-Brunswick, le permis de conduire international pourra vous être demandé. Passé les 90 jours, n’oubliez pas de vous mettre en règle en glanant le permis international. Chaque province possède ses propres lois, son propre règlement en matière de Code de la route et délivre son propre permis pour celles et ceux qui souhaitent s’établir dans une province. Les démarches pour obtenir un permis de conduire canadien lors d’un PVT au Canada divergent donc selon la province/territoire où vous vous trouvez. Dans certains endroits, vous devrez passer un examen écrit sur le Code de la route et un ou deux examens de conduite.

En Australie et en Nouvelle-Zélande, méfiez-vous des amendes

Certains agents de police ou agences de location ne prennent pas au pied de la lettre la législation, mais vous serez prévenu : le risque est bel et bien réel. Et de manière générale, en Australie comme en Nouvelle-Zélande, les autorités locales ne font pas de cadeaux avec ceux qui jugeraient inutile de se conformer à la Loi. Conduire sans permis international consiste donc à prendre des risques superflus au cours d’un séjour où votre budget est certainement réservé à d’autres choses… que de payer une amende.

Permis : que faire en cas d’oubli, de perte ou de vol une fois sur place ?

En cas d’oubli, vous pouvez toujours faire traduire votre permis par un traducteur agréé NAATI dont voici une liste. Cela vous en coûtera toutefois une coquette somme. Mais sachez que depuis l’étranger, le consulat belge ne sera pas en mesure de vous fournir un double de votre permis de conduire voire, un nouveau permis international si vous étiez amener à le perdre ou à vous le faire voler. Vous pouvez toujours demander à un proche en Belgique d’effectuer les démarches pour refaire celui-ci auprès de votre commune de résidence et, si possible, essayer qu’il ou elle obtienne un nouveau permis international à votre place.

 

Pour travailler en Australie, il faut obtenir des certifications

Travailler en Australie : les certifications pour trouver des jobs

Horeca, bâtiment, jardinage, trafic routier… En Australie, la majorité des emplois accessibles en Visa Vacances Travail requiert de passer une formation pour obtenir les certifications professionnelles que réclament les Etats. Objectif : comprendre la législation et savoir ce qui est permis ou pas. White Card, Green Card, Blue Card, RSA, RCG… Explications sur ces différents sésames, utiles et souvent même obligatoires, qui vous permettront de trouver du travail lors de votre séjour en VVT/PVT.

Hormis pour la cueillette des fruits et légumes, le traditionnel « picking », les formations pour travailler en Australie en VVT sont nombreuses. Si elles ne sont pas toutes officiellement obligatoires, elles restent pour la très large majorité nécessaire afin de trouver un job. Attention donc à bien choisir un centre certifié.

La White Card pour les jobs dans le bâtiment

Pour travailler dans le bâtiment en Australie, comme par exemple sur des chantiers de construction ou bien encore des travaux de voies urbaines, posséder une White Card est indispensable. Elle vous apportera les connaissances pour travailler dans le secteur au travers d’un test qui vérifie vos connaissances sur la législation, les sites de construction ou les normes et consignes de sécurité ainsi que les éventuels risques sur les chantiers. Une fois obtenue, la White Card est valable dans tous les Etats du pays. Vous pouvez dès lors la passer n’importe où. Deux possibilités s’offrent à vous pour l’obtenir :

• Passer la formation dans un centre. Comptez environ une journée
• Faire un test sur internet avec le AXIOM COLLEGE par exemple ou encore sur le site officiel qui proposent respectivement des cours « online » pour 59$ et 38,90$. La formation dure plus ou moins 4 heures

Le prix de la White Card est compris entre 50$ et 100$. Mais en Australie, la construction comme le bâtiment restent des domaines lucratifs (notamment pour les spécialistes : charpentier, plombier, carreleur…) et vous permettront de rembourser rapidement ce montant et d’économiser de l’argent. De nombreux jobs sont situés en Nouvelle-Galles du Sud, dans le Victoria et le Queensland.

Le Responsible Service of Alcohol (RSA) pour l’Horeca

Bars, hôtels, liquor shop ou restauration, le RSA est une formation attestant de votre connaissance des lois relatives à la consommation d’alcool en Australie. Elle offre la possibilité de travailler n’importe où vous serez en contact direct avec de l’alcool. Dans les grandes villes, les différents établissements vous demanderont systématiquement le RSA. Chaque Etat possède sa propre législation concernant l’alcool, le RSA n’est donc pas forcément valable d’un Etat à l’autre. Dans le New South Wales, ce diplôme est indispensable alors que dans l’Etat du Victoria, où il peut être passé uniquement en cours, vous pourrez passer gratuitement un RSA Refresher, qui validera votre certification d’un autre Etat (plus d’informations et inscriptions ici ou sur ce lien. En dehors des grandes villes, on ne vous l’imposera pas tous le temps.

En ligne sur Internet, la démarche vous prendra plus ou moins 4 heures entre les cours et les questions. Dans un campus, cela vous demandera la journée avec cours le matin et questions l’après-midi. Les prix varient entre 40$ et 150$ selon la formule. Attention à toujours bien vérifier que l’opérateur choisi est agréé !

Le Certificate Responsible Conduct of Gambling (RCG) pour travailler dans les métiers du jeu et des paris

Si vous êtes amateur de jeux et de casinos, le RCG vous permet d’apprendre à utiliser les machines à sous, les Pokies, très courantes dans ce pays d’Océanie et plus particulièrement dans les bars et les nombreux hôtels. Tout en contrôlant que les clients jouent de manière responsable. En ligne comme en cours, comptez un peu plus d’une demi-journée de formation pour un total de 80 à 110$ généralement. A l’inverse des autres certifications en général, vous pouvez le passer après être embauché dans des Etats comme le Victoria, le South Australia et le Northern Territories et ensuite passer votre diplôme. Voici quelques exemples de sites proposant de passer le RCG : Qhint, Barmax. A noter également, ce diplôme n’est pas réclamé dans tous les états. Le Western Australia, le Northern Territorry, si vous travaillez moins de 3 mois) ne réclame pas.

La Green Card pour les emplois de jardinage et environnement

La Green Card sera votre pass pour travailler dans l’environnement, c’est-à-dire, tous les métiers de jardinage notamment. Valable partout en Australie, cette carte est facile à obtenir en ligne et valide pour tous les Etats pour 60$ à cette adresse : GreenCardTraining.

Food Hygiene Procedures pour trouver un job en cuisine

Chef, commis, serveur… Les opportunités d’emploi ne manquent pas pour les Européens dans le secteur de la cuisine. Pas obligatoire, quelques établissements pourront vous réclamer de passer cette formation pour apprendre et appliquer les règles d’hygiène dans le domaine de la sécurité alimentaire. Au total, cette certification d’une demi-journée s’élèvera entre 80$ et 100$.

La Blue Card pour le contrôle du trafic routier

Ce ne sont pas forcément les jobs qui font le plus rêver à première vue, mais quand il s’agit de travailler en Australie, toute mission temporaire peut être bonne à prendre. D’autant que le poste de contrôleur du trafic routier n’est pas le plus physique et rémunère correctement. Pour autant, travailler sur les voies publiques ne s’improvise pas. Objectif de la Blue Card : vous apprendre les règles de sécurité ainsi que les procédures de contrôle pour parer à tout danger. La formation dure une journée (6 à 7 heures) pour un montant allant de 140 à 170$. Pour l’obtenir, il est même conseillé d’avoir la White Card ainsi que le permis de conduire (depuis au moins 12 mois). Plusieurs organismes proposent ainsi des offres pour passer à la fois la White Card et la Blue Card comme : Edway ou In Front Staffing&Training.

A noter enfin deux autres formations pour parfaire vos connaissances et optimiser vos chances de trouver un emploi dans les cafés et les bars que nous proposons aussi chez Visavacancestravail.be :

BARISTA ou Coffee maker

C’est peu dire que les Australiens apprécient le café. Résultat, on le boit sous de nombreuses formes et l’on vous demandera très fréquemment de savoir préparer le Cappuccino, le Latte, le Macchiato… La préparation de l’Espresso (« short black ») ne suffira pas. La formation spécifique de Barista est un excellent moyen d’accroître ses chances de décrocher un job en vous préparant à la manipulation des machines aux différentes préparations, que recherchent notamment certains cafés et chaînes à l’instar de Starbucks ou de Gloria Jeans. Comptez entre 100$ et 120$ pour des cours en groupe en classes de 3 à 4 heures. Possibilité d’ajouter quelques options supplémentaires (comme le maniement de la crème) pour les plus motivés qui souhaitent se démarquer.

BAR SKILLS

Vous envisagez de faire danser à toute allure les bouteilles derrières votre bar ? Sur une demie ou une journée complète, la formation de Bar skills vous apprendra également à préparer des shots d’alcool ou à utiliser le pistolet à boisson. Les prix grimpent jusqu’à 130$. Notez qu’il est obligatoire de passer son RSA avant, certaines compagnies proposent dès lors des packs pour environ 250$ incluant le diplôme de Bar Skills en plus du RSA et du RGC. Enfin, sachez que la formation cocktails skills existe aussi !

Voici d’autres articles qui pourraient vous intéresser :

VVT : Australie ou Nouvelle Zélande pour un Visa Vacances Travail ? Un choix pas toujours facile, voici quelques pistes de réflexions.

Australie ou Nouvelle-Zélande : comment choisir sa destination de VVT/PVT ?

Choisir entre l’Australie ou la Nouvelle-Zélande pour effectuer un Visa Vacances Travail, une question ô combien sensible tant les amoureux de ces deux destinations sont nombreux. Mais ce n’est pas la raison qui nous amène dans cet article à ne pas trancher. Il n’existe tout simplement, au risque d’en décevoir certains, aucune réponse toute faite. Plage, villes, activités culturelles et sportives… C’est à vous que revient la décision finale !

Qui de la Nouvelle-Zélande et de l’Australie au moment de choisir son VVT/PVT ? D’aucuns vous diront : « les deux mon capitaine ! » Et à notre humble avis, ils n’ont pas tort. Cela étant, vous souhaitez peut-être vous immerger à fond dans une culture ou bien alors, votre budget ne vous permet pas cette douce folie. L’autre raison récurrente s’avère souvent être le manque de temps. Et personne ne pourra vous en vouloir évidemment. Si vous estimez toutefois pouvoir vous le permettre, ne reculez pas ! Glisser dans son périple escapade (même courte) dans l’une ou l’autre de ces destinations est un must do.

Les déplacements en Australie ou Nouvelle-Zélande

Venons en aux faits. Outre l’évidence que la Nouvelle-Zélande et l’Australie se situent tous les deux en Océanie et dans l’hémisphère Sud, ces deux contrées possèdent de nombreuses spécificités. A commencer par la taille. L’une est une île continent (à laquelle on peut y ajouter la Tasmanie), l’autre un peu plus au Sud, est composée de deux îles qui s’étendent sur 1600 km et d’une myriade d’îles plus petites les unes que les autres, principalement au Nord. Pour vous donner un point de comparaison, l’Australie est 252 fois plus grande que la Belgique. La Nouvelle-Zélande, « seulement » 9 fois. Première conclusion, si vous êtes effrayés par les distances et que vous avez la bougeotte, votre VVT Australie risque de vous sembler aussi rempli en voyage qu’en activités sur place. A un petit détail près, s’y déplacer, quelle que soit la région, recèle un exotisme et une excitation que vous n’aurez certainement encore ressenti nul part ailleurs. Vous aurez le choix de vous déplacer en bus, en avion (surtout en Australie) ou alors en van ou voiture quelle que soit la terre promise choisie. Un conseil pour les plus baroudeurs, pensez à verrouiller votre véhicule, van comme voiture, afin d’éviter toutes mauvaises surprises 🙂 !

Déplacement-Australie-Nouvelle-Zelande

Climat : chaud en Australie, plus variable en Nouvelle-Zélande

Passons à un autre sujet : le climat, déterminant pour certains. Si vous rêvez de passer votre année en slashes, l’Australie s’impose. Si vous préférez la fraîcheur à la canicule, rendez-vous en Nouvelle-Zélande. Cela serait un peu schématiser tout de même, rentrons donc un peu plus dans le détail. Oui, l’Australie remporte le match des températures. Hormis l’hiver du côté de Melbourne notamment, le reste de l’année, vous ne risquez pas d’aller au devant de grandes et mauvaises surprises. Surtout si vous vous rapprochez de Brisbane, réputé pour ses 320 jours d’ensoleillement annuel. Au pays du long nuage blanc, la météo est plus capricieuse. Connu comme étant le pays aux quatre saisons, il n’est pas rare que le temps change à de multiples reprises dans la même journée. Le Nord reste toutefois très agréable : l’hiver y est doux et les étés chauds. Le Sud, en revanche, s’apparente plus à ce que l’on a l’habitude de rencontrer chez nous. Il n’y fera que rarement des températures négatives records, mais celles-ci resteront souvent comprises aux alentours de 0°, en hiver du moins.

Un débat entre mer et montagnes ? Pas seulement !

Cette réflexion nous conduit tout droit vers un autre point : le relief. S’il fait froid en Nouvelle-Zélande, le Sud, plus montagneux, conviendra parfaitement aux adeptes du ski et de sensations fortes grâce à ses nombreuses stations en hiver (soit pendant notre été). Le point le plus haut de l’île du Sud étant le superbe Mont Cook et ses 3 724 mètres d’altitude. Sur l’île du Nord, vous retrouverez également de nombreux points culminants notamment à Taupo dont sa fameuse randonnée la Tongariro Alpine Crossing au sud du lac. L’Australie n’est pas en reste non plus et possède même également quelques stations. Mais elle a surtout pour centre un désert, le tout dans un décor un peu far-ouest, et des côtes toutes différentes où vous trouverez des villes comme Sydney, Melbourne (très européenne), Brisbane, Perth… où les activités culturelles à faire sont nombreuses (Auckland et Wellington sont, elles aussi, très agréables bien que plus petites). Quoi qu’il en soit les deux destinations offrent des paysages rares et sauvages : jungle, animaux du bush et plages idylliques en Australie ; lacs, volcans et fjords en Nouvelle-Zélande. Forcément spectaculaire.

Entre mer et montagne, la Nouvelle Zélande et l'Australie sont deux pays hors norme pour un VVT/PVT.

Les + supplémentaires de chaque pays :

En Australie, notons la grande barrière de corail, la jungle tropicale, le surf dans des eaux plus clémentes et l’opportunité d’économiser un peu d’argent pour vous rendre en Asie du Sud-est par exemple ou en Océanie.

En Nouvelle-Zélande, il y a bien sûr le saut à l’élastique (discipline nationale) et autres sports extrêmes et bien entendu, la randonnée. Le pays est le paradis du randonneur grâce à ses innombrables kilomètres et refuges.

Dernière chose, les infrastructures pour voyager sont identiques, il est en effet très facile de se déplacer et organiser son voyage en Australie comme en Nouvelle-Zélande, qui sont d’ailleurs très sûrs en matière de sécurité ! Un plus pour les filles qui souhaiteraient voyager seules, mais nous y reviendrons bientôt dans notre prochain dossier !

Cet article vous a plu ? Vous aimerez certainement aussi :